Widget Image
Nouveau média d’actualité Sports de combat

Reportages, analyses et interviews.
MMA – Muay Thaï – Boxe

Une question, un projet ?
Fred Jasseny >> contact@fightvox.com
Sur Twitter
Partenaire

Les mots, le combat.

Mythologie du Bushido et autres considérations sceptiques sur les Arts Martiaux

Et si le Bushido n’était qu’un concept nationaliste créé dans le but de glorifier le Japon d’après guerre ? Et si les samouraïs étaient les meilleurs représentants de l’extrême droite ? Ces questions, parmi d’autres, sont au cœur de ce que l’on appelle aujourd’hui les Martial Arts Studies, l’étude approfondie des arts martiaux. Dans la bataille actuelle qui oppose chaque représentant d’un art martial ou sport de combat, un bref retour en arrière – résolument sceptique – est essentiel au débat. Et il se peut même qu’il change à jamais votre vision des arts martiaux !

Le site AnthroStory publie habituellement des podcasts autour de l’anthropologie, avec une dose de voyage. Récemment, Jonathan recevait Jean-Michel Abrassart, fondateur du podcast Scepticisme Scientifique. Pendant près d’une heure et demi, le philosophe et professeur de japonais met K.O. de nombreuses idées reçues sur les samouraïs, notre vision du Japon et des arts martiaux. On comprend assez vite comment le marketing, et surtout le cinéma, ont influencé les représentations occidentales.

J’ai surtout apprécié qu’il redonne à la boxe ses lettres de noblesse. Si un pratiquant d’arts martiaux regarde un boxeur de haut, ce dernier pourra notamment lui répondre que : « la boxe que l’on imagine moderne date en fait d’avant l’aïkido, avant le karaté, avant le judo, dans la forme qui est pratiquée aujourd’hui. La boxe sans gants se pratiquait déjà au 17e siècle. »

Pêle-mêle, ils questionnent aussi le débat autour de l’efficacité martiale et du processus de légitimité. On retrouve une critique qui s’apparente au « Mytho-jitsu », qualifié de « problématique parce que ça peut donner une confiance disproportionnée aux gens dans leur propres capacités». Ce concept est aussi décortiqué en long et en large par Cyrille Diabaté, l’un des pionniers du MMA en France. Les profs de Mytho-jitsu, rappelons-le, sont ces mecs qui arrivent à te faire croire que tu peux maîtriser n’importe quel individu, sans qualités athlétiques et sans expérience. Juste parce qu’un vieux monsieur te l’a dit…

Moments choisis, juste pour éveiller votre appétit

Le mouvement de l’étude des arts martiaux essaye de voir comment les arts martiaux se sont réellement développés et non pas comment on raconte qu’ils se sont développés. Il y a souvent une énorme différence entre les deux.

Le code du bushido est un concept moderne, c’était un électrochoc quand j’ai découvert la chose. Le premier grand auteur à en parler est un japonais qui vivait aux USA, avec un livre écrit non pas en japonais mais en anglais : Bushido The way of the samouraï.

La forme actuelle du Taï-Chi a été constituée en 1950, à la demande du gouvernement chinois. La forme ancienne date au mieux du 19eme siècle.

Les japonais se cherchaient une identité, le concept Bushido va être utilisé pendant la seconde guerre mondiale pour encourager les jeunes à se jeter sur les mitrailleuses américaines. Les kamikazes sont le revival d’un Japon qui n’a jamais existé.

L’aspect polymorphe du concept de bushido : recréer un passé qui est forcément fantasmé parce qu’il doit désservir les besoins du présent. Le code de l’honneur est réinterprété en fonction des besoins du moment.

A vous d’écouter. N’hésitez pas à partager vos avis et vos connaissances. J’ai bien envie de le partager à ceux qui fustigent le MMA, contrairement aux arts martiaux dits « traditionnels » en prétendant qu’il n’a pas de valeurs morales… Pas vous ?

Mais rassurez-vous, si le mythe est cassé : « ce n’est pas parce que tu as reconnu le mythe que tu le rejettes ». On peut très bien être amoureux des arts martiaux, s’interroger sur leur histoire et rester un pratiquant assidu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas montree. Les champs obligatoires sont signales*