Widget Image
Nouveau média d’actualité Sports de combat

Reportages, analyses et interviews.
MMA – Muay Thaï – Boxe

Une question, un projet ?
Fred Jasseny >> contact@fightvox.com
Sur Twitter
Partenaire

Les mots, le combat.

L’interview de Cyril Asker avant l’UFC Singapour

Le poids lourds français Cyril « Silverback » Asker est sur le point d’effectuer son 3ème combat à l’UFC. Il est au programme de l’UFC Fight Night Singapour avec à l’affiche le combat féminin Holm vs Correia. On a pu discuter au téléphone avec l’avignonais de la Bushido Académie avant son entrée dans l’Octogone. Loin d’être stressé, Cyril Asker (8-2) semble être dans le même état d’esprit qu’en janvier lorsqu’il battait Smoliakov par KO au 1er round. C’est bon signe !

FightVOX : Tu me disais que tu as remarqué des erreurs dans ton précedent combat. Qu’as-tu changé depuis ?

Cyril Asker : Oui, on a retravaillé les distances de takedown. Cette fois on a aussi eu plus de travail d’adaptation à faire du fait que Walt Harris soit gaucher. On a fait un travail de fond pour être prêt au maximum. On devient de plus en plus précis dans notre préparation.

Aves-vous trouvé des sparrings partners suite à la publication de votre annonce sur facebook ?

On a fait venir Grgeory Robinet et Prince Aounallah. Ils sont venus à la maison et sont resté environ 4 semaines. Prince a exactement la même allonge que Harris. Il a fallu juste adapter la garde, pour se rapprocher de Harris. C’est un peu plus facile maintenant de trouver des sparrings. On a les moyens pour les rémunérer, leur payer le trajet et les installer confortablement. Et les mecs sont toujours contents de venir donner un coup de main !

As-tu envisagé de partir te préparer aux Etats-Unis, là où tu pourrais multiplier les sparrings ?

Je suis déjà aller pas mal aux Etats-Unis dans le passé. J’ai tourné dans beaucoup d’académies. Je t’avoue que le meilleur camp est celui de la maison. C’est aussi plus facile pour s’organiser, avec mon boulot, ma femme et ma fille. Je suis bien là où je suis. Tout le monde me pousse vers le haut. Je retournerai peut-être aux USA mais pour ce qui est des préparations de combat, je suis bien à la Bushido Académie.

En cas de victoire, il te reste un combat sur ton contrat. A quoi t’attends-tu à de la part de l’UFC pour la suite ?

Je vois les choses au jour le jour. Il y a déjà ce combat puis le 4ème dans quelques mois. On verra bien, je ne fais pas de plan sur la comète ! Je suis juste conscient qu’ils ne chercheront pas à me faciliter la tâche…

Harris a l’habitude de finir assez vite ses combats. Vas-tu chercher à prolonger les débats en laissant passer le 1er round ?

C’est toujours compliqué de se fixer dans la catégorie des poids lourds. On va essayer de mettre du mouvement. Harris ne me fait pas peur. A ce niveau là tous les poids lourds cognent fort !

As tu remarqué une hausse de ta popularité suite à ta première victoire à l’UFC ?

Oui. Pour moi, cela n’a pas grand intérêt. Par contre, je suis content pour le MMA, cela peut contribuer à la légalisation du sport. En tant que combattant, je me sent suivi et encouragé mais ce qui me fait le plus plaisir et de contribuer à faire connaître le sport.

C’est aussi bénéfique pour trouver des sponsors…

Alors de ce côté là c’est très très calme (rires). On a rien alors je lance un appel : nous étudierons toute proposition !

Est-ce que les gens te reconnaissent vers Avignon ?

Un peu. Ma boulangère me reconnaît par exemple (rires) !

Tu peux gratter des baguettes au moins…

Ahah ! Oui et elle regarde mes combats. Plus sérieusement, c’est bien pour l’Académie Bushido. On fait le plein ! Créer des vocations c’est la meilleure récompense. Le niveau a beaucoup a augmenté.

Bonne chance Cyril !

Merci. A bientôt !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas montree. Les champs obligatoires sont signales*