Widget Image
Nouveau média d’actualité Sports de combat

Reportages, analyses et interviews.
MMA – Muay Thaï – Boxe

Une question, un projet ?
Fred Jasseny >> contact@fightvox.com
Sur Twitter
Partenaire

Les mots, le combat.

Doumced pour l’Histoire

Le 10 décembre prochain, Cédric Doumbé aura l’opportunité de décrocher le titre de champion du Glory chez les welters face au numéro 1 mondial : Nieky Holzken. L’évènement intitulé Glory Collision est sans conteste la plus grosse soirée de kickboxing de l’année. Tous les projecteurs seront braqués sur les meilleurs kickboxers de la planète avec en point d’orgue le choc entre Rico Verhoeven contre Badr Hari. Doumced le sait, il s’agit du combat le plus important de sa carrière.

glory-collision-kickboxing

L’autoproclamé « meilleur au monde », alias Doumced, dépoussière le pieds-poings français avec un style percutant sur le ring et en dehors. La France peut se vanter d’avoir de très bons combattants en full-contact (malheureusement en déclin au niveau mondial), en kickboxing et en muay-thaï.  Mais faute de support médiatique, et donc de reconnaissance du grand public, ils peinent à s’exporter hors des frontières et à se constituer une carrière rémunératrice à hauteur de leur talent. Quel gâchis ! Les grandes soirées des années 90, notamment à Bercy, paraissent bien loin… Cédric Doumbé a en tout cas le style de combat et la personnalité pour hisser le pieds-poings français sur le devant de la scène. Son ascension ne pouvait pas arriver à un meilleur moment. Le Glory s’est imposé comme un digne successeur du K-1 et du « It’s showtime » et a fortement gagné en notoriété auprès du grand public en intégrant notamment plus de thaïlandais. En France, la Chaîne l’Equipe investit sur le kickboxing en proposant des directs et programmes de qualité. Tout est réuni pour que Doumced explose au niveau mondial. Mais il aura face à lui un véritable chalenge.

Qui est Nieky Holzken ?

L’actuel champion des moins de 77kg est invaincu au Glory en 12 combats. Plus de 4 ans que le natif de Helmond, aux Pays-Bas, domine les welters dans la première ligue de kickboxing au monde. A son tableau de chasse, on peut citer, entre autre, Murthel Groenhart (par 2 fois), Raymond Daniels (par 2 fois), Yoann Kongolo, ou encore Karim Ghajji. Sa première grande performance est sans doute sa qualification pour la finale du K-1 World Max en 2006. Il avait alors remporté le tournoi européen en enchaînant 3 K.O.s avant de s’incliner en phase finale au Japon devant un certain Buakaw Por. Pramuk. Même chose en 2009 où le thaïlandais avait stoppé son ascension vers le titre.

Techniquement parlant, c’est un pur représentant de l’école néerlandaise. Le grand Rob Kaman l’a défini comme cela « il s’agit de faire des combinaisons, avec les poings et les jambes ». Tout simplement. Holzken envoie des combinaisons très fluides qu’il ponctue avec un low-kick ou un crochet du bras avant (le gauche) purement dévastateur surtout s’il descend vers le foie. D’ailleurs, la boxe anglaise est l’un des grands atouts de Nieky. En 2013, il s’est lancé avec succès dans une carrière pro en boxe anglaise. Il a enchaîné 11 combats pour autant de victoire, dont 8 avant la limite, en parallèle de sa carrière de kickboxer. En 2016, « The Natural » a combattu à 2 reprises arrachant au passage le titre de champion du BeNeLux chez les super-moyens. S’il est encore assez éloigné des grands classements mondiaux dans cette discipline, il s’avère être un sérieux prétendant !

Il brille surtout par un sens de la distance et un timing hors-normes qui lui permettent de contrer efficacement ses adversaires.

 

« Cedric Doumbé a une grande bouche et s’il veut il peut tenter sa chance, je lui botterai les fesses », Nieky Holzken.

Un combat qui sent la poudre

De son côté, Cédric Doumbé a aussi de sérieux arguments à faire valoir. Il a déjà combattu à 12 reprises en 2016, concédant une seule défaite (très discutable) contre Fang Bian à Shanghai. Il règne sans partage sur les tournois les plus prestigieux de l’Hexagone : le Partouche Kickboxing tour, le A1 et s’est octroyé des titres mondiaux chez la WAKO Pro et, bien avant, chez la WKA. Il ne refuse absolument personne.

Doumced a intégré le Glory en 2015 avec un combat perdu par décision contre un certain Yoann Kongolo. En mars 2016, il réapparu face à Murthel Groenhart devant le public parisien. C’est une victoire clé pour Doumced. Même si le combat n’a pas été brillant, il a prouvé qu’il était capable de déjouer les pièges de Groenhart, un kickboxer très difficile à manoeuvrer. Le français est maintenant à une marche de la première place mondiale mais le défi est de taille.

Comment rivaliser avec la boxe anglaise percutante de Holzken ? Comment prendre l’initiative face à un adversaire qui excelle en contre-attaque ? Peut-être en restant à distance en déroulant sa panoplie de kicks. L’homme aux 39 KO a aussi un argument de taille : le punch. Doumced peut freiner les ardeurs du champion en lâchant quelques coups imprévisibles dont il a le secret. Il a cette capacité de pouvoir envoyer n’importe quel coup quelque soit sa position et à n’importe quel moment. Son sens de l’esquive et son coup d’oeil assurent ses arrières.

La créativité et le punch sont selon moi ses meilleures armes. Doumced peut réussir là où Raymond Daniels a échoué : briser le rythme de Nieky et imposer le sien. Les premières minutes de combat vont être décisives pour Doumced. N’arrivez pas en retard !

« Tu ne veux pas venir à MOI ? PAS de pb je viens te chercher !
Ceci est le résumé du futur combat ! » Doumced sur Facebook.

Doumced prévoit de faire rétrécir Holzken

Pour l’Histoire

La pression est au maximum pour Doumced. Il a l’opportunité de devenir le premier champion du monde Glory français. Il prendrait alors une tout autre dimension à l’échelle internationale et aura encore plus d’opportunités de briller sur les rings du monde. Le natif du Cameroun prend sa tâche très au sérieux. S’il adore provoquer ses adversaires par les mots (jamais avec méchanceté) c’est avant tout un travailleur acharné qui a grimpé toutes les marches vers cette chance mondiale, depuis ses débuts en full-contact jusqu’à son passage en kickboxing. Il n’a pas hésité à pousser les portes du célèbre Mejiro Gym à Amsterdam (Mecque du kickboxing) ou s’octroyer les services du Levallois Sporting Club et du Queensbury en Belgique. Rendez-vous le 10 décembre à Oberhausen en Allemagne. Pour la France, pour l’Histoire.

« Je suis le meilleur, alors que le meilleur gagne », Doumced.

Rejoignez FightVOX sur facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas montree. Les champs obligatoires sont signales*